Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En novembre, lors d’une réunion publique organisée par les services de l’Etat, les diverses zones impactées par le PPRI (Plan de Prévention du Risque Inondations) ont été présentées. 

Une première pétition a été signée par les habitants du quartier Mirella qui ont relevé de nombreuses anomalies et qui sont mécontents du nouveau zonage.

D’après le journal Var matin, il semble qu’une nouvelle pétition ait été signée par des habitants du quartier Varrayon. En effet, ils ont découvert que des réajustements ont été effectués par la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer), après la réunion publique. 

Ces réajustements classent en zone potentiellement inondable la quasi-totalité des terrains compris entre la fin des écoles militaires et l’hôpital de jour d’où leur colère.

Ce remaniement est incompréhensible, car de mémoire d’homme, ces zones n’ont jamais vu une inondation.

Si les services de l’Etat, au nom du principe de précaution, se mettent à classer toutes les zones comportant des parties basses en zone potentiellement inondable, le développement des communes en matière d’urbanisme sera stoppé. 

Le maire de Trans semble décidé à soutenir ses administrés et à faire voter par le conseil municipal, une délibération contre ce PPRI.

Selon l’article précité, il aurait déclaré : « Nous ne pouvons pas être d’accord avec un tel plan et nous allons entrer en conflit avec les services de l’Etat, s’il est maintenu ».

Ce qui est surprenant, c’est d’arriver à une situation de conflit alors que normalement l’établissement de ce plan aurait du se faire en liaison avec la municipalité.

Comment en est-on arrivé à une telle situation ? Est-ce un manque de dialogue ? A qui la faute ?  

Il semble effectivement que le dialogue soit devenu difficile avec certains interlocuteurs, notamment si on se réfère à la situation conflictuelle avec la commune voisine Draguignan au sujet  de l’approvisionnement en eau, ainsi que pour le schéma d’assainissement.

Le PPRI étant opposable, si l'Etat maintient ses dernières modifications, il y aura des conséquences sur le PLU. Lesquelles ?

Le préfet signera-t-il le PLU qui a été approuvé par le conseil ou demandera-t-il à la municipalité de revoir sa copie en fonction du nouveau PPRI ?

 

Tag(s) : #Urbanisme