Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lors de la 9ème cérémonie des prix des ingénieurs de l’année organisée par la revue «l’Usine Nouvelle » le 5 décembre dernier au théâtre Bobino, un ingénieur originaire de Trans a obtenu le prix de l’ingénieur de l’année dans la catégorie « science ». Les deux autres nominés étaient :

M. Sébastien Paris, responsable du département de biologie moléculaire et analytique chez Cellectis, pour la génération d’une nouvelle lignée génétiquement modifiée par la fusion endogène ;

Mme Muriel Saccoccio (1), chef du projet au Cnes, pour le ChemCam sur le rover Curiosity de la mission Mars Science Laboratory. Elle a obtenu le prix spécial du jury pour cette mini caméra qui nous donne les merveilleuses images de la planète Mars.

 

Depuis 9 ans,  9 trophées sont décernés annuellement par un jury de haut niveau avec la participation de personnalités du monde industriel :

 

  • Début prometteur
  • Innovation
  • Développement durable
  • Projet industriel
  • Entrepreneur
  • Science
  • Elève ingénieur
  • Prix carrière
  • Prix spécial du jury.

 

 121217_Francois_Lureau.jpg Cette année, le trophée dans la catégorie « science » a été décerné à M. François Lureau, Transian d’origine, fils de Christian et Marie Claire, résidents bien connus de notre commune

François Lureau a commencé ses études en maternelle à Trans, puis poursuivit sa scolarité à Draguignan et enfin à Nice Sophia Antipolis oû il a obtenu un DEA en photonique. Il est entré chez Thales en 2004..

Il a obtenu ce trophée pour la conception et la réalisation d’un laser destiné et financé ( 11 millions de dollars) par la célèbre université de Berkeley à San Francisco (USA).

A la tête d’une équipe d’une trentaine d’ingénieurs et techniciens du groupe Thales, il a crée en 3 ans un gigantesque instrument  dénommé « BELLA » qui occupe une pièce de 300 m2.

Ce laser unique qui a effectué son premier « tir » en juillet, est capable de produire des impulsions à sa puissance maximale actuellement réalisable (1.3 x 10 puissance 15 watts ou 1.3 Petawatts) à raison d’un tir par seconde, alors que les plus puissants laser se contentent d’un tir par heure ou par jour. Avec « BELLA » le laboratoire de cette université veut réaliser un accélérateur de particules « miniature », comparé aux accélérateurs traditionnels que l’on trouve par exemple au CERN à Genève.

 

« BELLA » a été construit en France sur le site de Thales Optronic puis démonté, transporté et reconstruit en 4 mois à Berkley (88 caisses représentant 43 tonnes de matériel).

  

PS : pour en savoir plus : [  ICI  ]

 

Tag(s) : #Trans - Vie de la commune