Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Financièrement, le gouvernement semble avoir bien du mal à joindre les deux bouts ! Aux dernières nouvelles, vue la conjoncture, les impôts escomptés ne rentrent pas malgré les nombreuses mesures prises depuis un an. Le déficit continue donc à se creuser au même rythme, à peu de chose près, que celui des années précédentes. Les calculs de la commission des finances pronostiquent un déficit de plus de 80 milliards en 2013, ce qui est contesté par les responsables.

 

Chaque foyer « moyen » soumis à l’impôt aura pu constater lors de sa déclaration de revenus 2012 de combien sa contribution était augmentée, contrairement à ce qui avait été clamé sur tous les toits…ou sur les médias, lors de la campagne présidentielle.

 

Maintenant, la majorité s’attaque aux prestations familiales, veut revoir les modalités relatives aux retraites, et d’ores et déjà, applique quelques prélèvements supplémentaires sur les retraites.

 

Alors, retraités, le cumul des mandats, ce n’est pas maintenant !

 

Le cumul des mandats, c’est celui dont il est questions depuis des années, surtout par les élus de gauches, mais pas de tous... C’était surtout une promesse du dernier candidat PS à la Présidence « Il sera impossible de cumuler une fonction de député/sénateur et un mandat exécutif local », ainsi que du précédent. Apparemment, la présentation du projet de loi à l’assemblée est reportée de mois en mois et son éventuelle application n’est plus pour hier (2012, ni pour 2013 ou 2014, mais reportée, dans le meilleur des cas, pour la fin du quinquennat, (pas du quinquina… car cela irait plus vite !)

 

Quand on parle de cumul des mandats, il faut aussi comprendre cumul des indemnités, malgré qu’elles soient plafonnées dans certains cas, mais encore : cumul du pouvoir, de l’influence et des avantages.

 

Bien entendu, comme on peut le vérifier, les élus ont des arguments solides pour justifier leur position. D’un coté : garder le contact avec les problèmes de terrain, bénéficier de la proximité avec la population ; du coté opposé : faire remonter les problèmes, soutenir les projets jusqu’aux niveaux de décision, élargir sa sphère d’influence…

 

Cette position est assez contradictoire avec les réactions récentes d’une majorité de députés qui s’estiment surmenés.

 

 

Ceci n’empêche que les journées n’ont que 24 heures et que le temps passé au profit d’un mandat, ne peut l’être qu'au détriment d'un autre ! Et bien davantage, si on devait décompter les heures passées aux inaugurations de toutes sortes, aux réunions de sympathisants qui n’ont que peu d’utilité, hors cultiver son image et faire sa propre publicité en vue d’élections futures.

 

Il faut se rendre à l’évidence, les élus ne vont pas, eux-mêmes, « couper la branche » sur laquelle ils sont confortablement installés.

 

Ce système est-il définitivement bouclé et restera-t-il éternellement « autoalimenté », ce qui ne correspond pas spécialement à un bon fonctionnement de la démocratie ?

 

Pour que celle-ci fonctionne, les élus ne devraient-ils pas s’attacher, dans quelque mandat qu’ils exercent, à rechercher des solutions profitables à la collectivité ? Cela n’est probablement pas toujours le cas et risque de l’être de moins en moins alors que la reconduction des mandats et leurs cumuls sont de nature à changer autant la propre personnalité des élus que les valeurs qu’ils défendent.

 

En effet, simples représentants du peuple quand ils sont intronisés pour la première fois, ils ne peuvent devenir que des hommes de pouvoirs, disposant de réseaux d’influence, et sont susceptibles pour certains de comporter comme des potentats locaux quand ils sont trop habitués à fréquenter les palais dorés de la république.

 

Par définition, un élu n’est pas autoproclamé, mais choisi par des électeurs. Malheureusement, tous ne sont pas toujours bien informés et leurs critères de choix sont trop souvent  irrationnels.

 

Cependant, indépendamment d’une loi qui semble devoir attendre longtemps pour être promulguée, c’est bien par leur vote qu’ils peuvent éviter le cumul des mandats en évitant d’apporter des suffrages à celui qui est déjà en place. Et pour être sûr que nos élus ne prennent pas de mauvaises habitudes, ne pas réélire de manière répétitive les mêmes candidats ; car, contrairement aux arguments que nos élus avancent, la succession des mandats ne serait-elle pas la première cause qui  les éloigne de plus en plus des réalités quotidiennes ?

 

Alors, non seulement, la population disposerait, aux divers niveaux de représentation, d’élus disponibles pouvant consacrer du temps à la résolution des difficultés et à la préparation de l’avenir, mais de plus, le renouvellement permanent de la population des élus permettrait une oxygénation de la représentation qu’elle soit locale, régionale ou nationale, amenant du sang neuf et des idées renouvelées.

 

Les candidatures aux prochaines municipales commencent à émerger, bientôt la course aux mandats européens sera ouverte…C’est à ce moment que le véritable changement pourra commencer ! Ce changement est entre les mains des électeurs....

Tag(s) : #Municipales 2014