Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Notre article, publié le 20/3/2012, « Visiteurs du soir...espoirs ? » évoquait l'intervention d’une mission sénatoriale sur les dernières inondations.

 

Le Sénat a effectivement décidé la création d’une « Mission commune d’information sur les inondations dans le Var et dans le sud-est de la France ». Cette mission est composée de 25 sénateurs dont les quatre varois, présidée par monsieur Louis Nègre (maire de Cagnes et sénateur des Alpes Maritimes) et dont le rapporteur désigné est monsieur Pierre-Yves Collombat, sénateur du Var, qui a été un des instigateurs de cette initiative.

 

L’objectif de la Mission est d’avoir la vision la plus complète possible de l’étendue des dégâts occasionnés par les inondations dans le Var et le sud-est de la France en 2010 et 2011, de ce qui a été fait et de ce qui reste à faire en matière de prévision, d’intervention comme de remise en état, de déterminer les causes des événements calamiteux, les raisons de leur caractère répétitif, de définir les moyens à mettre en œuvre pour y remédier.

 

Voilà un vaste programme qui couvre un écheveau de problèmes et de questions entremêlés :

 

-          Capacité et précision des instruments de prédiction des phénomènes météorologiques de type cévenole ;

-           Capacité de suivi et de prédiction des crues des cours d’eau de régime torrentiel en terrain karstiques ou non ;

-          Capacité d’approbation des messages d’alerte par le grand public, effets de saturation de l’information et déclenchement des rumeurs ;

-          Régime juridique des cours d’eau méditerranéens, des berges, des ouvrages de protection ;

-          Gestion des crises, organisation des secours et responsabilités des différents acteurs (prévention et intervention) ;

-          Dispositifs d’aides financières aux collectivités ;

-          Systèmes d’indemnisation et causes des retards dans leur mise en œuvre ;

-          Efficacité des dispositifs administratifs de protection du risque inondation :

-          Pilotage et financement des travaux de réalisation des ouvrages de protection ;

-          Réalisation des travaux d’entretien des ouvrages de protection….

 

Les  missionnaires ne manqueront certainement pas de se référer aux rapports rédigés par les spécialistes : Ingénieurs Généraux des ponts, des eaux et des forêts, puis celui des experts Lefort et Koulinski.

 

Cette liste des axes d’investigations ne manquera pas de s’allonger au rythme de la progression de la réflexion. Il faudra, entre autre, expliquer pourquoi les retours d’expériences et les rapports rédigés partout en France, après chaque catastrophe naturelle se ressemblent tant, pourquoi leurs préconisations mettent autant de temps à trouver une traduction dans les faits là où le sinistre est survenu et sont trop souvent oubliées d’ailleurs.

 

Est-ce, parce que chaque situation est particulière, parce que les préconisations sont trop ambitieuses, parce qu’elles se heurtent à des obstacles juridiques et/ou financiers trop importants et en tout cas sous-estimés ?

 

Est-ce dû à une volonté insuffisante des acteurs politiques et sociaux locaux, à l’oubli qui modifie l’échelle des urgences au fur et à mesure que la peur s’efface ?

 

Cette mission doit rendre ses conclusions en principe au début de l’automne, mais la date précise n’est pas connue. Il faut espérer que celles-ci seront suivies d’effets pour éviter de nouvelles catastrophes dans l’avenir.

On dit que lorsque l’on veut enterrer un problème, on crée une commission…ou une mission. Il faut espérer que ce ne sera pas le cas pour celle-ci.

Tag(s) : #Environnement