Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous nous associons à l'initiative de Mme Hélène Blanc et nous présentons nos sincères condoléances à la famille et aux proches de Mme Anne-Marie Roux.
 
Déclaration publique de Hélène BLANC conseillère municipale communiste de TRANS à l'annonce de la disparition de Annie ROUX.  
 

Une grande amie Annie (Anne-Marie) Roux nous a quittés. Les communistes de la Dracénie sont en deuil avec toutes et tous les ami-e-s qui la côtoyaient dans les actions solidaires, sociales, syndicales, politiques, culturelles, pour le progrès.

 

Annie disparait à 88 ans. Nous sommes tristes et pourtant Annie n'aurait pas aimé qu'on le soit, car en matérialiste elle savait que sa vie aurait une fin et que ses idées ne mourraient pas avec elle, comme d'ailleurs ses combats pour des jours heureux.

 

J'ai le souvenir de sa présence rassurante, intelligente, cohérente auprès d’Aimé, son époux avide de générosité et épris de justice…. En plus d'être un couple harmonieux et sociable, ils avaient tous deux l'humilité de ceux qui pensent que la vie ne s'arrêtera pas avec eux et qu'ils n'ont fait que ce qu’ils avaient à faire dans leur vie militante.

 

Ainsi Annie a accompli le souhait d’Aimé : aider ses proches et ceux qui luttent pour que la vie de leurs concitoyens soit meilleure. Après avoir légué un vaste terrain aux « Eclaireurs de France », elle confie le « jardin du château », parcelle familiale d’Aimé, au Secours Populaire dracénois.

 

Les transian-ne-s  se souviendront surtout que, grâce à sa ténacité et sa persuasion, plus de 100 familles pourront désormais avoir accès à un logement à loyer modéré, car elle a imposé la construction de logements sociaux sur un de ses terrains .

 

Depuis 2000,  elle s’était beaucoup investie dans la vie locale, présente sur des listes citoyennes aux élections municipales et participant activement à la création du Collectif Citoyen Transian,  puis à ses nombreuses animations culturelles et citoyennes.

 

Annie ne voulait pas partir sans laisser une trace des engagements qui ont parcouru son existence.

 

Ainsi à l’automne de sa vie, avec son frère Maurice, à qui  je présente ainsi qu’à toute sa famille mes très sincères condoléances, elle a souhaité faire partager la trajectoire de leur grand frère Pierre, homme dont les convictions ont conduit à la mort.

131108_Pierre-Dejean-copie-1.jpgCommissaire national des Eclaireurs de France en 1938, Pierre Dejean (26 ans) participe à la création des CEMEA qui engendreront à la Libération les « Francs et Franches Camarades ». Le scoutisme laïque est immédiatement interdit par l’occupant nazi et Pierre prend le parti de la lutte contre l’occupant. Il sera arrêté le 3 septembre 43, emprisonné à Fresnes, transféré à Compiègne, puis en février 44 embarqué dans un train pour Mauthausen. Les malades, les infirmes, les handicapés étaient intégrés à Hartheim, dépendance de Mauthausen, une clinique chirurgicale transformée en laboratoire de recherche. Pierre, handicapé depuis son enfance à la suite d’ un accident, y fut assassiné, euthanasié le 18 août 1944.

 

La rédaction de ce livre « Pierre Dejean, notre frère : Vie et mort d’un mousquetaire laïque résistant, assassiné par les nazis » dura plus deux ans. La recherche de documents, l’évocation insoutenable des souffrances atroces que ce « grand frère » a dû subir ont irrémédiablement perturbé Annie, déjà de santé fragile.

 

En accord avec ses convictions, Annie a donné son corps à la science. Je lui adresse ce dernier hommage. Adieu Annie, mon amie et fidèle co-listière aux municipales.

 

Hélène Blanc, conseillère municipale PCF

 
Tag(s) : #Trans - Vie de la commune