Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sujet est évoqué depuis longtemps, mais les mesures envisagées  sont sans cesse reportées, comme d’ailleurs la réduction des effectifs pléthoriques de nos élus, à commencer par l’Assemblée Nationale et le Sénat (voir les représentations en Allemagne ou aux Etats Unis).  Notamment, on peut s’interroger de l’utilité d’avoir une si large représentation au niveau national quand députés et sénateurs  votent comme un seul  homme, suivant ainsi des consignes de leur parti ou de la coalition de partis de même tendance.

 

Ceci peut expliquer le peu de présents dans l’hémicycle, lors des débats parlementaires, même quand les enjeux sont importants. Honneur aux quelques uns  qui, la semaine dernière, malgré que ce combat était perdu d’avance, ont combattu à la fois le texte de loi présenté, mais aussi l’inertie, l’apathie de la majorité désespérément silencieuse  sinon muselée par discipline, voire le désintérêt total manifesté par certains présents pris en flagrant délit de jeu à l’aide de leur tablette numérique dont certaines vues circulent sur internet.

 

De plus, la réforme de l’organisation territoriale engagées par la majorité précédente est annulée pour faire place à une modernisation de la politique publique dont on ne sait pas trop ce qu‘elle contient.

 

Mais revenons sur le cumul des mandats, de nombreux parlementaires n’y sont pas favorables au motif qu’il est nécessaire de garder les pieds sur terre et de rester au contact des problèmes locaux.

A contrario, on peut penser que de partager son temps entre plusieurs activités ne sert pas l’efficacité. Comme le proverbe populaire illustré ci-dessous par  Jean-Jacques Grandville, le dit : "Qui trop embrasse, mal étreint ! ".

 Grandville Cent Proverbes page157

Bien entendu, le temps partagé de chacun de nos élus  ne peut être suivi pas à pas. Néanmoins, l’activité en temps que député est suivie à l’aide d’indicateurs (assiduité, appartenance à des commissions, prises de parole, questions écrites, projets d’amendement ou de loi) par plusieurs médias. 

 

Notre circonscription,  la huitième du Var est nouvelle. Nous avons la chance que son élu depuis quelques mois, M. Olivier Audibert-Troin ait conservé les mandats qu’il détenait antérieurement à son élection.  Nous pouvons donc essayer de cerner une éventuelle évolution de son impact dans deux de ses fonctions (nous ne parlerons pas de celle au sein du conseil municipal de Draguignan). Cela concerne donc son action comme Président de la communauté d’agglomération, et son programme d’activité comme député.

 

Cet élu a marqué sa prise de fonction à la tête de la CAD par un effort particulier de communication, à travers le site Internet de la CAD qui programmait régulièrement des séquences d’explications sur les projets en cours, des compte-rendus des Conseils Communautaires. Depuis plus d’un an, on peut constater une disparition complète de  ces vidéos, qui sont remplacées par la diffusion de clips relatifs à des activités associatives. Ces initiatives étaient-elles uniquement destinées à promouvoir le candidat ?

 

Parallèlement, toujours féru de communication, notre député communique sur son site qui présente :

 

-          quelques articles pas très percutants ou des copies d’articles de presse avec une fréquence qui va en s’émoussant.

-          Un programme d’activité qui comprend deux jours bloqués par semaine (le mardi et mercredi) pour des questions au gouvernement, et ces dernières semaines de nombreuses rencontres pour des vœux dans la plupart des communes de la circonscription, la galette des rois, quelques rencontres citoyennes…

 

Un agenda certes, globalement qui doit être chargé, qui, apparemment, tient davantage de la relation publique que d’une responsabilité législative nationale, mais qui n’est pas à la hauteur de ce que l’on peut attendre d’un élu rémunéré au niveau d’un cadre de très haut niveau, lequel doit continuellement être sur la brèche pour justifier sa position et atteindre ses objectifs assignés par la direction de son entreprise.

 

De plus cet agenda risque d’être encore plus chargé avec l’approche de la campagne municipale pour Draguignan à laquelle il pourrait participer puisque la loi sur le cumul , si elle voit le jour, ne serait applicable qu’en 2016 d’après les informations qui circulent.

 

Pour autant que l’on puisse en juger par un simple constat local : oui, le cumul des mandats est néfaste à l’efficacité. Le contact avec la réalité du terrain peut être considéré comme nécessaire, mais il y a d’autres moyens de garder les pieds sur terre par exemple comme simple conseiller municipal, comme les activités associatives et le bénévolat.

 

Tag(s) : #La CAD